• Big Dog - Le cheval

    Big Dog - Le cheval

    Big Dog (le grand chien)
    L'histoire du cheval américain commence au XVI ème siècle avec la découverte du nouveau monde par les Espagnols. Ceux-ci introduisirent les chevaux Arabes et Andalous. Les indiens de cette région qui n' avaient jamais vu de chevaux pensaient que l'Homme Blanc et le cheval ne faisaient qu'un et les associèrent à des Dieux. D'ailleurs pour que cette croyance se pérennise, les Espagnols interdirent pendant longtemps aux indiens de chevaucher ou de posséder un cheval. Ils ne purent pourtant pas enrayer l' expansion de l' animalà travers le continent. C'est seulement vers le milieu du XVIIIème siècle que les indiens purent enfin acquérir le "grand chien".

    Le cheval, animal mythique
    L'arrivée du cheval dans les plaines entraîna un bouleversement total de la vie des indiens que ce soit matériellement, socialement, économiquement ou spirituellement. La plupart des mythes attribuait l'arrivée du cheval aux divinité des eaux et du ciel. Ils pensaient que certains chevaux détenaient des pouvoirs magiques car ceux-ci échappaient miraculeusement à la mort sur les champs de bataille. On pensait qu'ils pouvaient revenir après la mort en tant qu'esprit et communiquer avec les vivants. Des chamans développèrent des techniques de soin basées sur les plantes curatives et la magie. On pratiquait des cérémonies dédiées au cheval. Ces hommes et femmes prêtres de la Médecine du Cheval étaient parmi les personnes les plus respectées de la tribu. Certaines pratiques comme le "Culte du Cheval Médecine" étaient aussi importantes que la Sun Dance. La cérémonie de la "Danse du Cheval" consistait en une danse imitant les attitudes du cheval. Cette cérémonie permettait d' apporter la guérison aux chevaux malades ou blessés, elle permettait de mettre au monde des poulains exceptionnels.

    Le cheval transforme la vie dans les plaines
    La venue du cheval changea la vie des indiens, aussi bien dans les guerres que dans les chasses. Ils n'avaient plus à courir après les troupeaux de bisons pour les effrayer et les forcer à se jeter du haut d'une falaise. Ils pouvaient maintenant choisir leur proie. La chasse était plus productive et chacun pouvait plus régulièrement manger à sa faim. Les enfants apprenaient dès leur plus jeune âge à monter à cheval. Une famille riche pouvait posséder jusqu'à 30 chevaux. Seuls un ou deux étaient utilisés pendant les batailles. La survie d' un guerrier dépendait de son cheval, de sa rapidité, de son obéissance et de son courage. L'homme devait être également un excellent cavalier parce que rester sur le dos de son cheval signifiait rester en vie; un homme qui tombait ou était traîné par son cheval était un homme mort. Pour éviter les balles, les guerriers savait se laisser glisser sur le flanc du cheval pendant que ce dernier continuait sa course.

    Le cheval, symbole de la richesse
    Certaines tribus possédaient des troupeaux de plusieurs milliers de têtes. Pour obtenir ces chevaux, les indiens organisaient de raids pour voler des chevaux en territoire ennemi.

    Le poney des indiens Un bon voleur de chevaux pouvait acquérir autant de prestige qu'un guerrier au combat parce que les meilleurs chevaux étaient souvent attachés près des tipis des propriétaires. Le voleur devait pénétrer seul dans le camp et ramener les bêtes vers ses compagnons restés à l' arrière, avant de retourner en prendre d'autres. Ceux qui s' adonnaientà ces raids étaient principalement les Crows, les Crees, Gros Ventres, Assiniboines et Sioux. Le cheval était aussi une monnaie d'échange. Il permettait d' acquérir des biens personnels. Le don de chevaux concédait beaucoup de prestige au donateur et une satisfaction personnelle à la personne qui en recevait. Plus un homme pouvait faire cadeau d'un grand nombre de chevaux, plus il était considéré comme quelqu'un de riche (parce que le don n' affectait pas le cheptel qui restait). La valeur d'un cheval variait d'un animal à l'autre en fonction de ses qualités, de sa rareté, de son âge, des régions et du nombre de chevaux disponibles sur le territoire. Les chevaux étaient échangés contre des peaux, des vêtements, des fusils et des couvertures de laine.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :