• Florida Cracker Horse

    2147374823__usa_flag.gif

     

     (Etats-Unis)

    cracker_horse2_hr.jpg

     

     

    Le Florida cracker horse a des origines très anciennes,mais ne dispose de son propre registre que depuis 1989.
    Il est le descendant des premiers chevaux ibériques emmenés en Floride par les conquistadores au début du XVIe siècle .Les qualités de ce cheval furent rapidement constatés et au début du XVIIe siècle , il fut élevé pour travailler dans les champs et les ranchs avec le bétail.Le Florida cracker horse est un mélange des premiers chevaux  originaires d’Espagne,du sorraia, du genet d’Espagne, du barbe et de l’andalou. Il présente également nombre de caractéristiques similaires à celles présentées par d’autres races basées sur le cheval ibérique, tels que le criollo et le paso fino. Il a toutefois développé ses propres particularités.
    Les  Amérindiens comptent parmi les premiers à avoir employé le cracker. Par la suite , les premiers éleveurs dans les ranchs les mirent à profit pour travailler avec le bétail.

    CrackerHorse.jpgCe cheval présente un  '’sens du bétail’', et sa robustesse et son endurance en font un excellent cheval de travail, pour tous types d’usages, sous la scelle, travailler la terre et à tirer les attelages.
    Le cracker devint rapidement la monture favorite des cow-boys. Il est capable d’incroyables pointes de vitesse et, en dépit de sa petite taille, peut porter des homme d’une grande stature toute la journée.
    Le Florida cracker horse tire son nom des cow-boys alors appelé ’'Crackers’'.

    Il est également connu sous différentes appellations telles que le ’Seminole pony, Chikasaw pony ,Florida horse , Florida cow pony’. Il appartient au patrimoine culturel de l’état de Floride, mais malheureusement , le nombre de chevaux a dramatiquement chuté .
    Avec la création d’une association pour la préservation de la race, il reste à espérer que celle-ci se maintienne.

    Avec la création d’une association pour la préservation de la race, il reste à espérer que celle-ci se maintienne.D’aspect , le Florida cracker horse est un petit cheval donc la taille oscille entre 1,40 et 1,50 m , La tète est de type andalou, avec un profil convexe ou rectiligne , une encolure musclée et de bonnes épaules. Le poitrail est large et profond, l’arrière main inclinée avec une queue attachée assez basse. En règle générale , ce cheval a bon caractère et on l’apprécie pour son endurance et sa grande rapidité Même à la marche il peut garder un pas de course .


    votre commentaire
  • Le Noriker
    (Autriche)





    C'est une des plus anciennes races de trait européennes. Il y a 2000 ans, les Romains introduisirent des chevaux de trait dans la province de Noricum (de là le nom à la race). Cette province couvrait les territoires de la Styrie et de la Carinthie, en Autriche. Le Noriker a le pied sûr et est adapté aux travaux agricoles par des climats rudes et sur des terrains montagneux. En 1565, le Noriker est désigné comme race, et son Stud-Book est ouvert. Du sang Bourguignon fut injecté pour augmenter sa taille, alors que du sang Andalou et Napolitain lui donnèrent agilité et présence.le Noriker est un cheval de trait moins lourd que ceux que l'on connait en France.

    La région de Noricum était proche de celle de Venetii, où est né le Haflinger, il existe d'ailleurs un lien naturel entre les deux races. Au 19ème siècle, du sang Normand, Bai de Cleveland, Oldenbourg, Clydesdale, Holstein et Hongrois vint alléger la race. Il existe actuellement 5 lignées différentes de Noriker : le Pinzgauer-Noriker (pie), le Carinthien, le Steier, le Tyrol et le Bavarois. Ce sont tous des petits chevaux de trait et ils jouent encore un rôle dans l'entretien des champs en zone montagneuse. Le Noriker a un caractère équilibré, il est paisible, actif et fort. Il travaille aussi dans les massifs forestiers.



    * Taille : 1m63 à 1m73.
    * Tête : Un peu lourde, mais bien déliée.
    * Profil : Convexe.
    * Oreilles : Courtes, alertes et placées haut.
    * Yeux : Pleins de gentillesse.
    * Encolure : Courte et épaisse.
    * Epaule : Forte et musclée.
    * Passage de sangle : 60 % de la hauteur au garrot.
    * Membres : Robustes, canons de 22 à 24 cm de diamètre, des os épais donnant une action allongée.
    * Crins : Drus, souvent ondulés.
    * Robe : Baie, alezane avec souvent les crins lavés, rouanne, bai foncé, noire ou tacheté, plus rarement grise ou gris pommelé.



    votre commentaire
  •  

    Soutien en faveur des dauphins

     

    Sur le blog : PROTEGEONS LES DAUPHINS ! 

    QUELLE BARBARIE !!!

    MASSACRES : le mot est faible ! Surtout lorsque l'on voit les images qui ont été diffusées !!!! TUERIES ORGANISEES SERAIT PLUTOT LE MOT JUSTE !!!!

     

    Jugez-en plutôt par vous-même !   http://protegeons-les-dauphins.kazeo.com

    Bravo a toi,Catandcie de faire tout ce que l’ont peut faire pour que cela cesse .

    Rendez-vous tous pour un soutien Massif !

    http://protegeons-les-dauphins.kazeo.com 

     

    Pas de mots pour décrire mon dégoût ! Juste honte de faire partie de cette race de « bête » qui est l’homme !

    Une chance que certain, ont le grand privilège d’être leurs amis et généralement des amis pour la vie !


    13 commentaires
  • Squelette du cheval




    Squelette d'un cheval:  Grand mammifère domestique pourvu d'une crinière et de sabots, de la famille des ongulés. Élevé par l'homme comme animal de trait et de transport.

    Atlas: premier os du cou.
    Vertèbres cervicales: os du cou.
    Vertèbres thoraciques: os formant la partie dorsale de la cage thoracique.
    Vertèbres lombaires: os du dos situés au niveau des lombes.
    Sacrum: ensemble des vertèbres sacrées.
    Vertèbres caudales: os de la queue.
    Bassin: ensemble d'os auxquels sont rattachés les membres postérieurs.
    Fémur: os de la cuisse.
    Rotule: os permettant la flexion de la jambe sur la cuisse.
    Tibia: os de la jambe
    Calcaneum: os formant la pointe du jarret.
    Tarse: os formant l'articulation entre le tibia et le métatarse.
    Métatarse: os formant le jarret.
    Phalange: os formant l'orteil.
    Troisième phalange: os de l'orteil qui est situé le plus loin du métatarse.
    Deuxième phalange: os central de l'orteil.
    Première phalange: os de l'orteil qui est situé le plus près du métatarse.
    Os canon: os formant le canon.
    Carpe: os du poignet.
    Radius: Os de l'avant-bras
    Sternum: os formant la partie inférieure de la cage thoracique.
    Humérus: os du bras.
    Côte: os de la cage thoracique.
    Omoplate: os de l'épaule.
    Mandibule: mâchoire inférieure.
    Dent: organe dur servant à broyer les aliments.
    Orbite: cavité du crâne dans laquelle repose l'oeil.
    Crâne: boîte osseuse contenant l'encéphale.


    1 commentaire
  • Oldenbourg


    Dès le XVIIe siècle, un cheval de type robuste, issus du Frison, est élevé dans les vastes prairies naturelles de l´Oldenbourg.  Le comte Antoine Günther (1603-1667) en sera le promoteur et son étalon gris, Kranich, devient justement célèbre. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, on importe des étalons espagnols, napolitains, barbes et anglais demi-sang.  L´Oldenbourg est ainsi stabilisé. Un peu plus tard, on fait venir des Pur-Sang, des Cleveland Bays, des Hanovriens et des Normands. Ces apports donnent un carrossier robuste, profond, large et précoce.
    Après la première guerre mondiale, le carrossier fait place à un cheval de sang lourd, animal à toutes fins, et l´on s´en tient à ce type jusqu´à ce que la motorisation, après la seconde guerre mondiale, contraigne les éleveurs à modifier le type, une fois de plus, pour faire du Oldenbourg un cheval de selle efficace. Le premier effort se traduit par l´emploi des étalons Pur-Sang Lupus et Normand Condor. Depuis lors, des étalons Pur-Sang,
     Hanovriens et quelques Prussiens de l´Est, sont utlisés en grand nombre. Tous sont envoyés, à l´automne de leur troisième année, à Westercelle. Un premier statut d´élevage de l´Oldenbourg, adopté en 1819, a été amendé en 1897 puis en 1923. La dernière version est toujours en vigueur. Ce statut confie l´entière responsabilité de la race, y compris l´admission des étalons,à la Société des Eleveurs de chevaux d´Oldenbourg, d´où le haut degré d´uniformité du type.

    Après la seconde guerre mondiale:
    L'Oldenbourg joua un grand rôle pour le transport de l'artillerie et le trait léger, mais dès la fin de la première guerre mondiale, l'avènement de l'automobile et la motorisation amorcèrent le déclin de l'élevage des chevaux carrossiers, déclin qui s'accentua fortement dans les années 1940 et 1950. L'Oldenbourg fut un temps reconverti en cheval de ferme polyvalent mais l'utilisation du tracteur obligea les éleveurs à orienter leur production vers celle d'un cheval de selle. L'émergence des loisir et des sports équestres offraient alors un nouveau débouché durable pour la race, les éleveurs firent des efforts dans ce sens en orientant le modèle de l'oldenbourg vers celui d'un cheval de sport de même renommée que l'oldenbourg carrossier. Ils réalisèrent des croisements avec des chevaux à sang chaud légers comme le pur-sang anglais, l'oldenbourg passe alors du statut de cheval d'attelage à celui de cheval de selle demi-sang, il devient plus léger tout en restant malgré tout le plus grand et le plus lourd des chevaux de selle allemands. Au fil des croisements, il perdit ses caractéristiques de cheval d'attelage, comme ses épaules droites et son dos long, mais conserva généralement des actions relevées.La technologie et les progrès de l'insémination artificielle permirent de faire progresser l'élevage beaucoup plus vite car les étalons n'eurent plus besoin d'être sur place pour saillir des juments. Depuis les années 1970, l'utilisation de chevaux reproducteurs en provenance de toute l'Europe a augmenté de façon exponentielle. Des chevaux de sport allemands comme le hanovrien, le holsteiner, le westphalien et le trakehner, en plus du KWPN et du selle français, ont continué à moderniser l'oldenbourg. Le slogan de la Fédération allemande d'Oldenburg est que « la qualité est la seule norme qui compte », en témoignent leurs orientations libérales et l'acceptation d'une grande variété de croisements au sein de la race. Contrairement à d'autres registres qui sont limités à des chevaux de race locale, ou qui préfèrent une robe à une autre, le stud-book de l'oldenbourg moderne sélectionne des étalons et des juments uniquement sur leurs qualités de dressage et de saut. Les oldenbourgs sont devenus très populaires aux Etats-Unis où leur polyvalence est recherchée.

    Morphologie:
    L’oldenbourg mesure entre 1,65m et 1,75m au garrot en moyenne, ce qui en fait le plus grand et le plus lourd des chevaux allemands. Toutes les robes franches et simples sont admises chez cette race, toutefois le bai, l’alezan, le bai-brun, le gris et le noir sont les robes les plus répandues. Son aspect général est celui d’un cheval de morphologie médioligne puissant mais élégant. Sa tête est généralement bien faite, de taille moyenne avec un profil légèrement convexe ou busqué, mais elle peut parfois être grossière, un peu lourde ou un peu longue. Bien attachée, elle donne à l'oldenbourg un port de tête noble et fier. La gorge est épaisse, bien arquée, et les naseaux sont évasés. Les oreilles sont longues et pointues. L'encolure est longue et très robuste, puissante et portée haute à la base. Les épaules sont longues, musclées et obliques. Le garrot est bien formé. La poitrine est caractérisée par sa profondeur et sa largeur, donnant ainsi un poitrail ample. Le dos est robuste, fort et généralement long. Il est suivi d’une arrière-main puissante et de reins solides se terminant par une croupe large et musclée. La queue est portée haut. Les jambes sont courtes et fines par rapport au reste du corps, tout en étant résistantes du fait d'une ossature développée et d'articulations fortes.

    Caractère:
    L'oldenbourg est un cheval gentil au caractère équilibré et égal ce qui le rend fiable et apte à l'obstacle. Contrairement à la plupart des animaux de grande taille, il atteint rapidement sa maturité et cette précocité lui permet d'entamer son apprentissage très tôt. Il est également doté d'un tempérament énergique, tout en étant doux et courageux. L'Oldenbourg n'est pas aussi endurant et résistant que les autres chevaux de selle à sang chaud. Il bénéficie néanmoins d'une longévité assez exceptionnelle.



    1 commentaire